Listeria et FAO, évaluation des risques dans les aliments PAM/RTE

La FAO rapporte le 27 janvier 2021 une réunion d’experts pour évaluer le risque Listeria monocytogenes dans les aliments prêts à consommer.

Évaluation des risques liés à Listeria monocytogenes dans les aliments prêts à consommer - 
RÉSUMÉ INTERPRÉTATIF

Les documents sur l’évaluation des risques publiés en 2004 (MRA 4 et MRA 5) se limitaient à un échantillon des aliments PAM/RTE (lait pasteurisé, crème glacée, poisson fumé à froid et viandes fermentées) liés à la listériose invasive. Depuis la publication de ces documents, des épidémies de listériose continuent de se produire dans le monde entier associées à des aliments précédemment signalés, mais aussi à de nombreux véhicules alimentaires non signalés auparavant, y compris des fruits et légumes réfrigérés et peu transformés. Le groupe d’experts a conclu que les futures évaluations des risques devraient envisager des véhicules alimentaires supplémentaires et qu’une évaluation complète des risques de la ferme à la table devrait être envisagée.
Alors que Listeria monocytogenes peut infecter n’importe qui, il affecte de manière disproportionnée certaines populations très sensibles. Les experts ont recommandé que les futures évaluations des risques examinent les groupes sensibles sur la base des risques physiologiques et d’autres facteurs socio-économiques.

De nouvelles informations sont apparues sur les variants de la souche de Listeria monocytogenes qui influencent la virulence et la tolérance environnementale. Sur la base d’un panel de gènes spécifiques, les experts ont suggéré un système de classification potentiel des souches de Listeria monocytogenes divisées en trois catégories de risque décroissant pour la santé humaine.
Le groupe d’experts a conclu que le développement et la mise en œuvre de systèmes de surveillance efficaces sont essentiels pour lutter contre Listeria monocytogenes. L’utilisation de méthodes de laboratoire standardisées approuvées pour la culture et l’isolement des souches devrait être la base pour que les isolats humains, alimentaires et environnementaux puissent être davantage caractérisés et inventoriés.
En conclusion, le groupe d’experts a identifié plusieurs lacunes critiques dans le modèle actuel d’évaluation des risques FAO/OMS et a convenu collectivement que la mise à jour du modèle serait utile pour éclairer les stratégies d’analyse des risques, y compris dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. Les experts ont préparé de brèves études de cas pour démontrer et mettre en évidence plusieurs principes clés à prendre en compte dans l’évaluation des risques pour Listeria monocytogenes.

Vous souhaitez faire appel à notre expertise pour lutter contre Listeria, n’hésitez pas à nous contacter.

    En cliquant sur « Envoyer » ci-dessous, vous autorisez DOCEOR à stocker et traiter les données personnelles soumises ci-dessus afin de vous fournir le contenu demandé.

    Related Post